carte-monde-inversE

Itinéraire

Pourquoi une carte du monde à l’envers ?

10 Déc , 2014  

Pourquoi une carte du monde à l’envers sur notre itinéraire ?

Où est le Nord sur une carte ? En haut bien évidemment me répondrez-vous. Depuis la ville de Marseille et si je projette d’aller à Paris, je me dis que je monte sur Paris. Si Nord est en haut, il en découle que le Sud est en bas, l’Ouest à gauche … et tout est ordonné comme j’en ai l’habitude. Pourtant cette organisation spatiale n’a rien de naturelle, car depuis l’espace il n’y a ni haut, ni bas. Depuis l’espace, en fait, il n’y a pas de sens.
.
Encore une fois, ce qui aurait pu apparaître comme allant de soi vient d’une décision arbitraire,  qui est devenue une convention cartographique appliquée sur la majorité des cartes modernes. Ce choix est issu de l’époque des grandes découvertes européennes, alors que les navigateurs utilisaient l’étoile polaire pour s’orienter.Les cartes que nous utilisons généralement placent l’Europe en haut et au centre du monde. Elle paraît plus étendue que l’Amérique latine alors qu’en réalité elle est presque deux fois plus petite : l’Europe s’étend sur 9,7 millions de kilomètres carrés et l’Amérique latine sur 17,8 millions de kilomètres carrés.

La carte inversée questionne nos représentations. Cette version « corrigée » de la carte du monde a été publiée en 1979 par le géographe australien Stuart McArthur, et a connu un grand succès tant en Australie que dans d’autres pays de l’hémisphère Sud. C’est une carte très intéressante parce qu’elle est aussi juste que les cartes qui présentent le Nord en haut, et qu’elle modifie totalement notre vison du monde. Des néo-zélandais, australiens, ou encore philippins pourront se satisfaire de voir leur pays dans la position la plus valorisante du planisphère : « au centre du monde ». L’initiative de McArthur a été depuis suivie par de nombreux autres exemplaires de cartes avec le Sud en haut, dites « south up » en anglais : en projection Peters, ou centrés sur un autre pays que l’Australie.

Alors, voilà qui nous fait bien réfléchir sur les points de vue de chacun, à savoir qu’il n’y aura jamais un seul point de vue réel et vrai, mais que chaque point de vue de chaque individu est à prendre en considération. Une bonne préparation pour appréhender les futurs rencontres avec les gens du monde d’en bas… ou d’en haut !


2 Responses

  1. Kohler dit :

    Bien vu !
    A une époque (moyen age) les cartes étaient même orientées vers l’est, car le centre du monde chrétien était Jerusalem. On se dirigeait donc vers l’orient, d’où l’origine du verbe s’ORIENTER !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *