P5023250

Réflexion

Tour du monde : L’impossible retour…

3 Mai , 2016  

Auteur : Laurent /


Nous sommes partis le 10 mai 2015. Dans quelques jours cela fera 1 an que nous avons quitté la France. Nous avions prévu de voyager un an autour de notre planète.

Nous préparons nos sacs, presque hagards, le visage un peu fermé, on n’y croit pas. C’est passé si vite qu’il faut « déjà » rentrer.
Mais non, je déconne ! Les sacs sont prêts, mais pour une prochaine destination. Le retour en France, ça attendra encore un peu !

Grâce à la générosité des gens rencontrés, des bons plans pour se déplacer pas trop cher, des périodes de workaway (travail à mi-temps en échange du gîte et du couvert), et toutes les petites choses du quotidien sur lesquelles on a économisé un peu d’argent (sans se priver !), nous avons réussi à faire des choses et visiter des pays non prévus au départ, sans dilapider notre budget. Mieux encore, au bout d’un an, notre budget n’est utilisé qu’à un peu plus de la moitié et il nous reste toute l’Amérique du sud à voir.

Nous ne savons pas si le budget restant suffira pour profiter au maximum de tous les pays que nous voulons encore visiter, mais on fera en sorte, comme d’habitude de faire au mieux, en restant raisonnables.

Privilégier les rencontres, le partage, mais surtout ouvrir grand nos yeux et remplir nos têtes des belles images que la beauté du monde nous offre pour rien. Même si la visite de certains sites touristiques reste « obligatoire » au risque de rater des choses, nous essayons toujours de rencontrer et de partager des moments avec les gens du pays pour mieux le découvrir et l’apprécier.

Ne serait-ce qu’en faisant du stop, en s’arrêtant discuter au milieu de nul part, dans les petits magasins locaux, les gargotes de rue. Chaque fois que l’on peut, et qu’on le ressent, le contact se fait, naturellement, sans barrière, presque normalement. Un sourire, un bonjour, et on discute. C’est aussi simple que ça ! Et c’est là que l’on repense à notre pays, la France, où ce genre de comportement n’existe que très rarement. Chacun enfermé dans son quotidien, ses habitudes. Un grand philosophe disait : « L’ habitude est l’ennemi de la découverte ». Ah non, c’est de moi ! (rire)
En tout cas, c’est ce que je pense, et ça se vérifie. Les habitudes et la routine nous font oublier de vivre chaque petits instants insignifiants qui peuvent mener à de grands moments de plaisir et de découverte. Toujours courir, toujours faire les mêmes choses, sans prendre le temps de s’ouvrir aux autres et au monde qui nous entoure. Rester scotché devant la télé, ou rivé sur son téléphone portable, tellement chronophages. Tellement de temps perdu à jamais au regard des rapports humains. Le temps passe si vite.

Plus les jours passent, plus on se dit, et on se rend compte que le retour sera difficile. Comment va t-on arriver à ré-entrer dans le moule (encore faut il le vouloir) qui nous semble s’éloigner de plus en plus. La morosité ambiante que l’on ressentait avant de partir et qui, à des milliers de kilomètres nous semble de plus en plus grande avec les nouvelles que l’on reçoit. Ou est-ce l’écart qui se creuse entre nous et la vie en France ?

Évidemment nous serons heureux de retrouver tout le monde, et nous imaginons déjà les retrouvailles chaleureuses et sincères. Mais au delà de ça, ce voyage est comme un virus qui nous a contaminé. Plus on avance, moins on a envie de rentrer. On en veut toujours un peu plus, et on a envie d’en voir toujours plus.

Mais comment ne va t-on pas se sentir en décalage avec nos amis, les membres de notre famille qui ont continué à vivre « normalement », alors que nous allons revenir la tête pleine de souvenirs, d’images, de parfums, de couleurs, de sons, et de tant de choses que l’on ne croisent pas dans la vie de tous les jours, ou peut être auxquelles on ne prend plus le temps de faire attention. Obnubilé par ses impératifs, pas toujours impératifs, et ses priorités pas toujours très importantes.

Nous qui avons rencontré tant de gens différents qui ont tous en point commun, de vouloir seulement vivre, manger, avoir un toit, rire,… et pour beaucoup dont l’important n’est pas de consommer à tout va, de posséder toujours plus pour avoir « l’impression » d’être heureux en s’enfermant dans sa routine, et en omettant que le plaisir se trouve souvent dans la simplicité, et dans le rapport et l’échange avec l’autre. Sans chercher la compétition et sans chercher à être ou avoir mieux que l’autre, symbole d’identité dans une société consumériste.

Nous sommes surpris tous les jours de constater la générosité des gens que l’on rencontre, et l’on est parfois presque gênés de ne pas avoir eu ce comportement dans notre propre pays, dans notre propre vie. Souvent des gens qui ne possèdent pas grand chose, mais qui possèdent surtout la simplicité et la chaleur qui nous manque chez nous.

Quoi qu’il en soit, le retour sera de plus en plus difficile et le décalage avec les autres sera très grand et peut être mal compris où mal interprété.

Cette aventure nous aura appris beaucoup sur l’être humain, sur les « vrais gens » quels qu’ils soient, d’où qu’ils viennent, loin des images que nous donne la télé, loin de la politique des gouvernements.

Voilà, notre aventure continue et nous savons déjà que nous allons rencontrer des gens formidables, encore, et pouvoir encore sourire, et partager le quotidien de ces personnes, dans la vraie vie.

Nos sacs sont faits, notre avion va décoller. Nous sommes prêts pour de nouvelles aventures…

Bora Bora - Matira Beach

Bisous de Bora Bora – Matira Beach

 

 


17 Responses

  1. Yassine dit :

    J’ai adoré.

  2. Patrick dit :

    Très bel article, profitez de l’Amérique du Sud c’est un très beau continent pour les paysages et pour le trekking, bien moins qu’ailleurs pour les gens.

  3. frede.elsa.thomas@free.fr dit :

    Coucou les Birds, vous ne m’apprenez rien, plusieurs fois j’ai pensé que le retour à la « vie normale, celle de la France » serait difficile. Peut-être allez vous trouver un endroit chaleureux pour vous installer, qui vous conviendra et on en profitera, nous la famille et les amis, pour vous rendre visite lors de nos vacances. Gros bisous et profitez de tout, croyez moi je vous envie presque de ne l’avoir jamais fait mais aujourd’hui avec l’âge et les enfants cela me fait trop réfléchir et j’aurai beaucoup de mal à tout quitter pour l’aventure. Salut les Birds Frede.

    • FreeAs2Birds dit :

      Merci Frede. C’est clair que c’est toujours difficile quand on a construit sa vie, mais jamais impossible.
      Et on n’est pas obligé de partir si longtemps. Nous rencontrons des gens qui voyagent, deux, trois mois, et de n’importe quel âge.
      En tout cas, je pense que l’on rentrera avant de repartir, si on devait s’installer quelque part.
      Bisous des Oiseaux.

  4. Nono dit :

    Vous êtes tellement dans le vrai et nous tous tellement dans le faux…soyez heureux les birds…échouez vous sur une ile ici vous ne pourrez plus jamais retrouver tout ça…
    Des bises

    • Amandine EDEL dit :

      Coucou les birds, eh oui nous sommes en effet pas dans le meme trip!!!profitez de ces moments, mais malheureusement il faut vivre de quelque chose pour manger avoir un toit et pouvoir s’acheter une télé !!! c’est la le bon choix a faire :  » de quoi vivre??? »
      bonne route bon vent et bon choix dans vos reflections…. Bisous

    • FreeAs2Birds dit :

      Merci Nono ! C’est clair que ça va faire mal le retour. Mais peut être reviendrons nous pour mieux repartir…
      Bisous

  5. claire dit :

    Laurent, ton texte est très joli, je ne me sens pas en décalage par rapport à ce que je vis, j’ai moi aussi horreur des habitudes, je crois qu’il faut continuer, quel que soit le contexte à être « vrai », mais vous l’aurez en France aussi, c’est une question de volonté ?! en tout cas, soyez heureux, continuez à engranger tout ce que vous fait vivre cette aventure, c’est super !
    des gros gros bisous, Claire

    • FreeAs2Birds dit :

      Merci beaucoup Claire, c’est peut-être toi qui a raison, mais parfois la pression sociale pèse beaucoup, et c’est difficile de vivre « sa » vie, selon ses convictions profondes sans avoir peur d’être jugé, et je pense que tu dois savoir ce que je veux dire.
      Nous allons continuer à enregistrer toutes les images dans nos têtes.
      Gros bisous des 2 oiseaux à Rangiroa.

  6. Aurélie dit :

    Je comprends bien cette idée de décalage, cela nous avait beaucoup frappés lorsque nous étions rentrés de notre premier TDM. Continuez à profiter des choses comme elles viennent, et lorsque le moment sera venu pour vous de rentrer je suis sûre que vous trouverez une solution pour continuer à vivre une vie qui vous correspond 🙂 Bonne poursuite de vadrouille !

    • FreeAs2Birds dit :

      Merci Aurélie, j’espère que l’on arrivera à se « remettre » du retour et, comme tu le dis, continuer avec notre état d’esprit intact.
      En tout cas nous continuons notre voyage comme il vient en espérant que tout continue avec autant de plaisir.
      Merci de nous suivre et peut être au plaisir de vous rencontrer.
      Amitiés des 2birds.

  7. ocavillon@yahoo.fr dit :

    Salut les birds ! C’est une expérience super enrichissante qui vous sera bénéfique pour le restant de vos jours… Le voyage vous aura certainement rendus plus forts, ouverts, et vos convictions pourront restées les mêmes, où que vous viviez. Car la liberté de ne pas rentrer dans le moule, c’est une question psy et non de pays :). Vos articles sont supers et vous avez trouvé le chemin pour apprendre et ne pas s’enfermer dans un système. Nous vous souhaitons le meilleur pour la suite !
    Franck et Ophélie.

    • FreeAs2Birds dit :

      Merci les voisins ! Toujours un plaisir de recevoir de vos nouvelles et content que les articles vous plaisent.
      J’espère que ça n’est pas trop dur pour vous en France en ce moment…
      Essayer de relativiser, éteignez la télé et faites vous plaisir ! Je sais c’est facile quand on parcourt le monde depuis un an ! LOL
      Gros bisous à toute la famille et à bientôt !
      les 2 birds en plein désert…d’Atacama

      • ocavillon@yahoo.fr dit :

        Coucou les birds,
        Effectivement, « un peu » morose en ce moment ici (entre l’actualité, le temps…). Marc va bien, il renvoie régulièrement les ballons et autres jouets qui atterrissent dans votre jardin, rassurez-vous, les enfants ne l’ont pas encore assommé :). Quels sont vos projets pour la suite ? Un endroit de rêve où vous installer ? Vos récits sont supers et donnent envie !
        Gros bisous !

        • FreeAs2Birds dit :

          Coucou les voisins, désolé de ne pas avoir répondu avant, mais on ne reçois pas de notification pour les nouveaux commentaires… et on ne pense pas toujours à aller voir.
          Apparemment le co-voisinage avec le pater se passe toujours bien. Pour l’instant on continue d’avancer dans notre voyage, beaucoup de coups de cœur où on se verrait bien vivre mais l’attrait des routes, des aventures et des nouvelles rencontres se fait plus forte ; pour se fixer on verra plus tard !
          Peut être un projet d’achat de Combi VW pour traverser l’Amérique du sud… mais toujours à l’étude.
          Pour le blog, c’est impossible de tenir à jour, mais merci de nous suivre et de commenter quand même.
          Bises à vous 4 et bonnes vacances si vous partez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *