P8200859

Philippines

Avions, tricycles, bateaux, vans, bus, et tongs…

7 Jan , 2016  

Auteur : Laurent /

 

A 9h00, c’est l’heure du départ. Jaypee nous accompagne sur la plage, vers son petit bateau. Un copain à lui va nous amener à San Fernando, au bout de l’île pour 500 pesos. 1h20 de traversée avec comme co-passager un vieux gars du village, à moitié bourré. (à 9h00 du mat’)

Nous débarquons sur la plage et prenons directement les tickets pour un autre bateau, mais plus gros qui nous emmènera à Bulan, sur l’ile de Luzon. Nous ne sommes qu’avec des locaux et nous échangeons quelques mots en anglais et même en espagnol dans l’abri qui sert de salle d’attente.
Le gros moteur diesel démarré, à la corde, c’est parti.
Le vieux rafiot nous dépose deux heures plus tard au port de Bulan.

P8180831

P8180832

Bateau traditionnel à balancier.

Un Philippin avec qui nous avons discuté sur le bateau nous propose de nous emmener avec sa voiture de société directement au terminal de bus à vingt minutes de là. Il est patron d’une boite et son chauffeur et son associé l’attendent. Nous montons dans le véhicule de transport funéraire qui nous dépose devant les bus. Notre bus part dans une heure et nous avalons deux plats de pâtes avec deux boissons dans un petit resto de « monsieur-madame » très sympas. Le tout pour 50 pesos (1 euro).

Trois heures de bus plus tard nous voilà dans la grande ville de Legazpi. Un tricycle nous dépose à Mayon backpackers vers 16h00.

Nous sortons dans le quartier, assez tranquille et nous arrêtons dans le seul resto non touriste que nous trouvons. Un Tuko Tuko, resto de quartier avec bouffe locale. Quand on voit le truc de l’extérieur, ça peut faire peur. On dirait un vieux garage désaffecté, un peu crasseux, mais on a l’habitude, et après avoir regardé les plats dans la vitrine (non réfrigérée, bien sur !) on s’assoit dans le garage, heu, le resto. La patronne est une femme d’une soixantaine d’années avec qui nous discutons en mangeant. Elles est très sympa et ses plats sont délicieux, ce qui lui fait plaisir. Des assiettes remplies de plein de choses et deux bières pour 2,40 euros.

Nous rentrons à la G.H. où nous parlons quelques minutes avec une jeune française de vingt ans qui voyage quatre mois en Asie du sud est, et une polonaise excentrique qui nous « gonfle » rapidement par ses élucubrations ! Nous coupons court pour aller nous coucher à 20h30 !!!, après une journée de transports un peu crevante.

19 août, levé 8h, petit déj avec viennoiseries de la boulangerie du coin pour 80 centimes, tout en discutant avec la jeune française. Départ pour l’aéroport de Legazpi. Les dix kilos de bagages autorisés en soute, nous obligent à vider le maximum de trucs dans notre petit sac cabine, on met nos blousons et baskets malgré les trente degrés et on tombe juste à vingt kilos pour nous deux, ouf ! Economie de quarante euros !
L’avion a deux heures de retard et des plateaux repas sont servit en salle d’attente.

P8190835
P8190837
Mais au décollage, nous profitons tout de même d’une superbe vue sur le mont Mayon, un petit « Fuji »…

Notre avion arrive à Manille à 15h00 et on doit prendre le deuxième à 16h30 pour Puerto Princesa, sur l’île de Palawan.
La porte d’embarquement indiquée pour l’avion n’est pas la bonne, et cet avion est lui aussi en retard, mais aucune information n’est donnée malgré nos demandes. Vers 16h40, après avoir couru partout dans l’aéroport, on pense avoir raté notre avion.

Et soudain à 17h30, on annonce enfin notre avion, retardé pour cause de vent. On décolle et effectivement ça bouge pas mal, avec de grosses turbulences sur la fin du vol avec un atterrissage de nuit. On arrive enfin à Puerto Princesa, capitale de l’île de Palawan en début de soirée et un tricycle nous emmène à Ancesto’s Pension pour 50 pesos (100 avant négoce). Une petite chambre monacale nous attend. Simple mais propre avec une bible…
Nous montons sur la terrasse où se trouve la cuisine pour les hôtes, au dernier étage avec un superbe petit jardin tropical.
Nous faisons la connaissance d’un groupe de Philippins en vacances dans la coin. Ils ont préparé tout un tas de plats et nous invitent à leur table. Nous acceptons et je redescend acheter quelques boissons pour leur offrir à notre tour. Nous passons une bonne heure avec eux à discuter des choses à voir dans le pays et à se régaler, de poulpe, de porc adobo, riz, et poisson.

Nous les quittons vers 22h00 car ils se lèvent à 5h00 demain pour aller à El Nido, à 240 kms d’ici.

Jeudi 20 août, réveil vers 9h00. Nous avons dormi comme deux moines dans notre chambre de couvent. Nous allons prendre une douche dans laquelle se trouve une prise de courant juste à côté de la pomme de douche. Pas vraiment cool de voir ça, pour un électricien… Et que dirait Claude François s’il voyait ça… : « Je suis au courant ! »

Bref, la guest house est très sympa, elle date un peu mais le personnel est cool, et la terrasse que l’on a vu hier soir de nuit, est encore mieux pour prendre un petit déj. Elle surplombe toutes les maisons alentours, face à la mer, sous un abri en bambous, avec café et pancakes maison, dégôtés dans un boui boui de rue.

P8200841
P8200844
P8200845

P8200847

C’est bien moi, Laurent, derrière le gros sac !


P8200849

Nous faisons le check out à 11h30, et marchons un peu à la recherche d’un tricycle. Celui qui nous emmène va s’arrêter à cinq ou six distributeurs avant de pouvoir retirer de l’argent mais seulement 10.000 pesos soit 200 euros. En tout nous disposons de 23.000 pesos pour aller à Port Barton et El Nido où l’on ne peut pas retirer d’argent. Donc à peu près 500 euros pour dix jours. Faudra gérer au mieux le budget.

A suivre…


5 Responses

  1. Mamounette dit :

    Bonjour ou bonsoir les Oiseaux,
    Toute une journée de transports : Mer, ciel, bitume et autres – C’est tout voir sans trop marcher ce n’est pas mal non plus mais certainement fatiguant .
    Vous avez le temps de vous prélasser par la suite

    Gros Gros bisous
    Mamounette

  2. yvonne dit :

    j’ai l’impression que vous mangez tout le temps …
    Bonjou

  3. Hélène dit :

    Hello, j’ai quelques articles de retard …je vais prendre le temps de les lire.
    Une petite question un peu décalée …est-ce que vous avez l’intention de rentrer en France au printemps ? sinon, avez-vous le projet de vous poser quelque part (hors de France) ?
    A bientôt et bonne continuation,
    Hélène

    • FreeAs2Birds dit :

      Bonjour Hélène, pas de soucis pour le retard, nous le sommes aussi dans la rédaction des articles !
      Pour ce qui est de rentrer en France, nous ne savons pas encore quand nous allons rentrer.
      Tout dépendra de notre budget et des opportunités qui peuvent s’offrir à nous. Quand nous n’aurons presque plus d’argent, nous rentrerons… A bientôt ! Bises. Les 2kiwis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *