P7200140

Japon

Au Japon comme à la maison… ou pas ! (épisode 4)

10 Sep , 2015  

Auteur : Laurent /

…Nous sommes en avance pour notre rendez vous avec le couchsurfer et nous décidons de laisser nos sacs dans un locker de la gare pour faire un tour au port d’Imabari. Nous traversons une bonne partie de la ville par une rue commerçante couverte, et tout est désolé. Il n’y a presque personne, et les magasins sont d’une autre époque. Nous arrivons au port et lui aussi est désert. Mais c’est un petit port de commerce et en plus nous sommes dimanche, mais bon. Nous restons assis devant la mer une bonne demi heure avant de retourner vers la gare.

P7190092

Le port d’Imabari

Nous attendons dans la gare quand notre hôte pour les prochains jours, nous reconnait. C’est un retraité de 65 ans, il s’appelle Takafumi, il vit seul avec ses deux chiens, des chevaliers king charles. Il nous emmène dans sa mini voiture directement vers un point de vue sur un énorme pont qui mène sur plusieurs petites îles en direction de Onomichi. Le panorama est sympa et il y a même un centre de location de vélo pour la piste cyclable aménagée pour la traversée des 6 ponts qui mènent à cette même ville. Cela nous donne une petite idée pour plus tard…

P7190095

P7190101

P7190095 bis

Il nous emmène ensuite sur une plage pour y faire des photos du coucher de soleil. (qu’il aime faire le plus souvent possible). Une petite plage sympa où les locaux viennent faire des barbecues.
Seul bémol, la région est connue pour ces chantiers navals, et donc en face de chaque plage, il y a un chantier naval…

P7190109

P7190114

Nous attendons patiemment le coucher de soleil pendant que Takafumi nous prends en photo. Une fois la nuit tombée nous rentrons enfin chez lui où il nous indique nos chambres, chacun la sienne car il n’y a que des lits simples. Nous nous arrêtons sur le trajet acheter des sushis en promo, vue l’heure. (Au japon les produits fais sont jetés tous les jours, comme les boites de sushis, et plus les heures passent plus les prix baisses, donc en fin de journée c’est moitié prix, voire moins).

Nous passons le diner tous les trois à faire connaissance, et il nous dit, au passage, que demain matin il doit s’absenter et partir vers 7h00 et nous demande de nous lever vers 6h30 en nous conseillant d’aller visiter la ville voisine de Matsuyama. Il se plaint un peu du fait que le couchsurfing lui donne du « travail », et qu’il n’a plus de temps pour se reposer. Ce auquel je lui répond que rien le l’oblige à en faire et que l’on peut écourter notre séjour s’il le désire. Cette discussion nous met un peu mal à l’aise et en même temps il insiste pour nous emmener un peu partout découvrir la région. Ce qui n’est quand même pas très logique! Après diner une douche et nous allons nous coucher vers 22h00.

Lundi matin donc, 6h30, petit déjeuner, Takafumi nous dépose à la gare d’où nous partons à Mastuyama. Le panorama est sympa car le train longe la mer, c’est toujours plus agréable. Arrivés là-bas nous sommes tellement dans le gaz par un réveil si tôt que nous allons directement au parc pour trouver des bancs sous un abri à l’ombre et nous entamons une sieste d’une bonne heure. Nous retournons ensuite à l’office du tourisme qui ne nous indique uniquement les trois ou quatre choses que nous savons déjà. Mais pas les détails importants comme le pass tramway à la journée qui nous permet de visiter toute la ville et aussi d’avoir des petits plus gratuitement, ça, ils ont oublié…

Bref nous passons la journée à nous balader dans cette ville sans grand intérêt il faut bien le dire. Nous faisons donc le tour de la ville en tramway, traversons la galerie marchande, le centre commercial haut de gamme avec toutes les marques de luxe, et montons jusqu’au 8ème étage pour accéder à une grande roue sur le toit (petit plus gratuit compris dans le pass, dont nous avons bien évidemment profité).

P7200123

P7200124

P7200137

Un café à 70 centimes au 7/11 pour nous réveiller !

P7200128

 

P7200129

P7200130

Nous avons vu aussi (de l’extérieur) le plus vieil Onsen du Japon, pris un bain de pied d’eau thermale dans une fontaine en pleine rue, et fait un tour avec le petit train vapeur compris lui aussi dans le prix du pass. En fin d’après-midi, exténués par cette journée de folie, nous sommes allés de nouveau faire une sieste dans le parc. Il faut dire que sous 35 degrés…

P7200133

P7200136

Le plus vieil Onsen du japon

Retour en train chez notre couchsurfer vers 18h00. Diner au Saké, promenade des chiens et à 22h00, go to bed.

P7200139

P7200138

P7200144

P7200151

Alex qui promène un chien…On aura tout vu !

 

P7200152

Le petit port derrière chez Takafumi

P7200155

Mardi levé vers 9h00. Takafumi à l’air de faire la gueule. Il se lève très tôt, et apparemment ne comprends pas que l’on puisse dormir « si tard ». Il nous propose d’aller à la plage et nous partons prendre un petit bateau local, près d’un chantier naval, au milieu de bateaux gigantesques, en construction.

P7210156
P7210160

La navette qui ne contient comme passagers, que nous, nous dépose sur une petite île à cinq minutes. Nous faisons le tour de l’île à pied au milieu d’une végétation luxuriante et des insectes et bestioles rampantes, pour accéder à une petite plage sympa mais face à un autre chantier naval…

P7210164

DSCF6661

Nous restons là une petite heure, nous prenons un bain de mer, et Takafumi n’arrête pas de nous prendre en photo, où devrais je dire, Alexandra. Au bout d’un moment Alex me dis que ça commence à être gênant et je dis gentiment à Takafumi qu’elle n’aime pas trop les photos, pour qu’il arrête un peu.

A midi nous reprenons le bateau puis la voiture pour aller manger un bout dans un fast food japonais. Après déjeuner c’est reparti, mais cette fois pour les montagnes avoisinantes, jusqu’à une rivière où nous nous arrêtons à plusieurs reprises pour y voir de jolis torrents, et même y tester l’eau, au milieu d’un groupe de petits japonais en « colonie de vacances ». Mais la température de l’eau avoisinant les dix degrés, nous abandonnons l’idée de nous y baigner.

P7210176
P7210176 bis

Nous retournons un court moment à la maison de Takafumi avant de repartir prendre un autre bateau vers 15h00, pour aller cette fois sur deer island, littéralement, l’île au Daims. Une île ou l’on peut camper, « à la japonaise », soit venir pour la journée, il y a de petites remorques à disposition, pour amener tout son matériel, tente, barbecue, jouets, etc, et tout installer sur la plage jusqu’au soir.

Nous allons faire le tour de l’île par une coursive en béton construite tout autour. La moitié étant presque détruite à cause du dernier tremblement de terre et « fermée » par un cordon que nous enjambons … (Han, pas bien !). Car en fait la plus belle vue se trouve de ce côté là. A notre arrivée sur l’île nous allons voir une vingtaine de daims qui sont dans un enclos près du ponton. Et nous croisons deux spécimens en liberté. L’île est pratiquement déserte et un peu désertée aussi. Nous remarquons que tous les lieux de loisirs au Japon ont l’air un peu abandonnés. Peut être à cause du peu de vacances que prennent le japonais…

La plage de ce côté là est très jolie, sable blanc, de superbes rochers, un Torii posé sur les rochers au loin, et nous prenons de superbes images..

P7210180
P7210233
P7210189
P7210191
P7210192
P7210196

Avec Alex nous décidons de grimper la petite colline à travers les bois jusqu’au point de vue, pendant que Takafumi nous attends en bas. Nous prenons quelques photos et nous redescendons. Quinze minutes pour monter et dix pour descendre.

P7210202

P7210203

P7210205

P7210207-
Nous retournons tous les trois vers la plage pour y voir le coucher de soleil, qui est masqué par les nuages…et nous partons donc avant la tombée de la nuit.

Sur le chemin nous passons faire des courses pour le diner, et arrivé chez lui, Takafumi prépare un mini barbecue de table, alors que nous avons acheté des barquettes de poulet, riz et pâtes. En réalité nous n’avions pas compris, comme s’est arrivé plusieurs fois, qu’il avait acheté ce qu’il fallait pour faire un barbecue. Donc en fait on se retrouve avec un tas de trucs à manger que nous gardons pour le lendemain. On se régale du barbecue à la japonaise : émincés de viande et petits légumes un peu comme une pierrade, tout en discutant de la vie au Japon.

P7210239

P7210237

Nous avons découvert que le seul intérêt de la ville d’Imabari est qu’il il y a une belle piste cyclable qui va jusqu’à Onomichi en passant par six ponts immenses et donc six îles, et que la piste est même aménagée sur les ponts, c’est d’ailleurs pour ça que l’on voit tant de cyclistes dans le coin. Nous nous sommes donc lancé avec Alex ce petit challenge : faire la traversée à vélo.

La soirée passe et Takafumi picole pas mal de bière et de saké, et on a de plus en pus de mal à le comprendre. La seule chose que l’on comprends est qu’il nous demande de nous lever demain à 5h45 pour avoir le temps de déjeuner et partir à la station de location de vélos en vue de notre traversée. Takafumi doit lui se rendre à une randonnée et donc nous déposer avant 7h30. Vers 22h00 nous décidons d’aller nous coucher, et lui un peu bourré prends une énième photo… d’Alexandra. Un peu lourd le gars !

Mercredi 6h30, il nous dépose donc en voiture avec nos gros sacs, devant la station qui heureusement est ouverte et nous pouvons attendre à l’intérieur pour la location des vélos qui ouvre à 8h00. Nous prenons ainsi le temps de préparer nos gros sacs à dos qui eux, vont être envoyés par coursier à notre prochaine guest house à Onomichi. Nous prévoyons la traversée en deux jours. Il n’y a que 70 kms mais on veut prendre le temps et, qui dit ponts, dit côtes à grimper, on ne sait jamais. Il nous dit au revoir, un peu froid, et peu souriant comme à son habitude malheureusement, nous le remercions pour tout ce qu’il a fait pour nous, et il disparait.

Maintenant, courage et en selle…


2 Responses

  1. Dussaux dit :

    Coucou les jeunes,
    Votre aventure nous passionne toujours.Nous vous souhaitons
    Un bon circuit vélo.Bisous à vous deux Chantal Stéphane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *