P7151270

Japon

Au Japon comme à la maison ! (épisode 2)

26 Août , 2015  

Auteur : Laurent /

Mardi 14 juillet

Levé vers 9h00, et Shomon se prépare pour sa première journée. Il part vers 12h00 et nous nous glandons un peu jusque là.
Pour le déjeuner on finit les restes de tomates farcies, avec en plus des oeufs et un café.
Aujourd’hui on part pour Kobé. (en fait nous sommes à côté, à Suma) C’est rapide en train, et nous débarquons dans cette ville aussi au bord de mer, connue pour son très grand port de commerce, et son non moins célèbre tremblement de terre de 1995 qui ravagea cette ville, slurp…

Mémorial de Kobé sous terre avec une fontaine au dessus, et les

Mémorial de Kobé sous terre avec une fontaine au dessus, et les noms de plus de 6000 victimes.

Non partons à pied à la découverte de la ville en commençant par traverser un temple pour ensuite grimper les petites collines où se trouve le quartier de Kitano, lié avec Montmartre par une charte de l’amitié, connu pour ses petites ruelles et ses maisons coloniales anciennes, la plupart en bois de style européen. On peut les visiter mais malheureusement, elles sont toutes payantes.

P7141114
P7141120
P7141123
P7141125
P7141127

P7141128

Vue de Kobé depuis le quartier de Kitano


P7141137

Tomate à l'unité, 147 yens soit 1 euro !

Tomate à l’unité, 147 yens soit 1 euro !

Boeuf de Kobé, avec beaucoup de gras pour

Boeuf de Kobé, avec beaucoup de gras pour 25 euros environs les 100 grammes

Nous redescendons en centre ville, à la découverte des bâtiments, et de sa zone non fumeur totale. Et oui au Japon on ne peut pas fumer n’importe où dans la rue, il y a des espaces fumeurs à l’extérieur, bien indiqués. Et ne pas s’y soumettre peut coûter cher. Et dans Kobé il y a une zone au centre de la ville totalement non fumeur… Alex se dit qu’elle a bien fait d’arrêter de fumer !
Bref nous avançons à la recherche d’un building, le Kobé city hall, d’où l’on peut, du 24ème étage, contempler gratuitement la ville à 360 degrés.
Et d’en haut, on distingue bien la zone rajoutée sur la mer pour gagner du terrain, et même une piste d’atterrissage de l’aéroport.

P7141144
P7141150
Nous arpentons comme ça, la ville sous une chaleur torride et le port où se trouve la Kobe Port Tower, sympa mais un peu petite en vrai, toujours en se protégeant du soleil avec notre parapluie, pour faire un peu d’ombre. (Ici ça se fait beaucoup, mais surtout avec de vraies ombrelles.) Et nous remarquons surtout sur le port les énormes portes anti tsunami…

P7141160
P7141169
P7141172

Kobé city tour

La Kobé port tower

Le port étant surtout un port de commerce, même s’il y passe quelques bateaux de croisière, n’est pas extraordinaire.

Nous repartons en ville pour essayer de trouver un petit resto dans le Chinatown.

P7141186

Nous traversons tout un tas de galeries marchandes qui en fait sont des rues à moitié piétonnes, couvertes par des arches pour protéger de la chaleur. Mais une fois arrivé à Chinatown, ce ne sont que des restos à touristes avec dix milles plats, qui essayent tous à leur tour de vous y inviter, donc, c’est pas pour nous. On décide de se rabattre sur un petit resto japonais, tout simple, qui propose des formules pas trop chères. Particularité pour commander, c’est vous qui choisissez et payez à une machine, (comme dans certains Mc…) qui vous donne un ticket que vous remettez à une serveuse, qui vous apporte la commande à table. Efficace et pas cher. Deux plateaux avec soupe, salade, plat, riz, et thé offert : 1500 yens (10 euros).

P7141187
Une fois fini, nous tentons de retourner au 24ème étage du Kobé city hall, qui n’est pas très loin, voir si de nuit c’est plus joli.
Mais en fait, ça n’est pas extraordinaire, et nous redescendons un peu déçu, mais bon, c’est pas grave !

P7141192

Direction le train. Il est presque 21h, et nous retournons à Suma. Nous rentrons à l’appartement, nous sommes seuls car Shomon passe la soirée avec des copains pour répéter une chorégraphie pour le mariage d’un ami (il ne manquera pas de nous faire la démo, ce qui nous ferra bien rire tous les quatre) et Wakaba avec des collègues de bureau, donc, nous ne les verrons que demain.

Mercredi 15 juillet, nous partons dans la matinée en train direction Himeji à une heure de Suma, pour la visite d’un des plus beau, si ce n’est le plus beau et célèbre château de tout le Japon. C’est un très grand château avec six étages, construit sur un mur de pierre. Il est constitué d’une structure tout en bois, et à l’extérieur il est recouvert de chaux, ce qu’il lui donne une couleur d’un blanc immaculé. Nous arrivons à la gare, et en sortant, nous le distinguons du bout de l’avenue.
Nous prenons le temps de traverser une galerie marchande pour trouver où nous restaurer, puis nous filons visiter le château.

Les rizières, maintenant de plus en plus souvent au milieu des quartiers pavillonnaires.

Les rizières, maintenant de plus en plus souvent au milieu des quartiers pavillonnaires.

Eeehhh ! Super bon plateau repas.

Eeehhh ! Super bon plateau repas.

P7151199

Il est beau le petit calamar !

Il est beau le petit calamar !

Et hop avalé d'un coup !

Et hop avalé d’un coup !

 

Aujourd’hui, il fait très chaud. C’est surement la plus chaude journée depuis que nous sommes au Japon. Nous croisons un thermomètre qui affiche 37 degrés et un taux d’humidité très élevé, et heureusement que nous avons le parapluie pour nous protéger un peu.

Une fois payé les 2080 yens (14 euros), nous entrons dans le château où il fait un peu meilleur. Nous enlevons nos chaussures pour ne pas abîmer les parquets. Maintenant, Il faut gravir les six étages avec bien sûr pas mal de marches. Nous nous arrêtons à chacun d’entre eux pour admirer la structure impressionnante du bâtiment, faite avec d’énormes troncs d’arbres il y a plus de 400 ans, et aussi les grandes salles, malheureusement vides.
Nous atteignons le dernier étage qui est le plus petit, car chaque étage est plus petit que le précédent, et il faut baisser la tête dans l’escalier très raide. Nous en profitons pour admirer la vue de tout le domaine ainsi que de la ville à travers les petites fenêtres, et prendre un peu l’air. Puis nous redescendons voir le château depuis le jardin. Nous filons ensuite pour la visite des jardins japonais à cinq cent mètres de là, la visite étant combinée avec notre billet d’entrée au château.

P7151205
P7151218
P7151222
P7151223
P7151231

Il fait toujours aussi chaud et l’entrée dans les jardins nous permet d’avoir un peu d’ombre. La quiétude et la beauté des jardins est très apaisante, et nous faisons quelques pauses pour en profiter. Le jardin est une succession de petits jardinets composés de différents types d’arbres, tantôt bambou, tantôt bonzaï…

P7151246
P7151250
P7151259
P7151261
P7151266
P7151268

Une fois ce moment de « zénitude » fini nous reprenons le chemin de la gare en faisant un stop dans un market de la galerie marchande pour acheter des desserts pour le dîner de ce soir chez nos amis. Ce sera, éclairs au chocolat et choux à la crème !

Un petit arrêt aux toilettes dont il faut déchiffrer la télécommande au préalable !

Un petit arrêt aux toilettes dont il faut déchiffrer la télécommande au préalable !

Quand nous arrivons, vers 18h, Shomon et Wakaba sont rentrés et ils nous préparent une soirée sushis.
Avec Alex nous seront chargé de refroidir le riz pour le mélanger avec du vinaigre et du sucre.
La table est dressée, et nous avons du poisson cru bien sûr, de l’avocat, du concombre, du thon en miette avec mayonnaise, du nato (spécialité japonaise à base de graines de soja fermentées et gluantes, sauce soy et moutarde), des feuilles d’algues, et évidemment de la sauce soy. Ce sera donc l’occasion de manger des sushis à la japonaise.
Il suffit pur cela de prendre une feuille d’algues de mettre du riz et ensuite d’y rajouter ce que l’on veut, arrosé de sauce soy et de rouler le tout en forme de cône.

Shomon tente un sushi avec du riz, du nato et une feuille de basilic, qu’il n’a jamais fait, et moi j’essaye un sushi avec du bleu d’Auvergne, ce qui les fait rigoler. Mais tout le monde goutera quand même ! Le résultat n’est pas si mauvais mais le bleu cache un peu le goût du poisson.

Une bonne soirée entre amis, sushis et saké à volonté !

Une bonne soirée entre amis, sushis et saké à volonté !

Sushi au Nato. Ah c'est spécial !!!!!!!!

Sushi au Nato. Ah c’est spécial !!!!!!!!

Petits déserts et café bien de chez nous, enfin, en apparence...

Petits déserts et café bien de chez nous, enfin, en apparence…

Après le repas nous passons la soirée à discuter de tout et de rien, et Wakaba nous propose d’aller avec eux samedi chez ses parents. Apparemment ça ferait leur ferait plaisir de recevoir des étrangers. Et nous, ça nous fait toujours plaisir de rencontrer de nouvelles personnes, et surtout si c’est la famille de nos amis. Nous sommes, en fin de compte restés chez eux un peu plus que prévu, à cause du typhon Nangka qui approche, et qui doit passer cette nuit. Nous ne pouvions pas aller sur l’île de Shikoku, en plein passage du typhon.

Nous parlons comme ça jusqu’à minuit et nous allons nous coucher.

Jeudi matin je me réveille vers 9h00. Shomon ne travaille pas, et nous ne partons pas, malgré nos réponses de couchsurfer, toujours à cause du typhon. Du coup, c’est décidé, nous irons ce week end chez les parents de Wakaba.
Après le petit déj avec Alex, nous prenons tout notre temps et bossons sur le blog.
Nous sortons à midi faire des courses pour manger équipés de nos « K-way » car le temps commence à changer et la pluie et le vent augmentent en intensité.
Au menu ce sera encore sushis de chez la mamie du coin, et les fameux pancakes pour le quatre heures, du 7/11 (chaine de mini market partout présents au Japon), ces derniers auxquels nous sommes devenus accro ! (les pancakes ! et aussi les 7/11 pour la clim et le vrai café avec des grains frais moulu à 0,70 euros !)
Nous restons toute la journée à l’appartement à travailler sur le blog en regardant la météo à la télé qui ne parle que du typhon.

Nous passons la soirée avec Shomon et Wakaba qui nous ont préparé la spécialité du coin, des Okonomiyaki. Galette de choux, mélangé avec du jus de pomme de terre des montagnes (qui mousse quand on la rappe et devient gluante), posé sur une crêpe, avec dedans, du lard, des crevettes, un œuf brouillé par dessus, saupoudré de poudre de poisson séché, (façon  nourriture pour poisson d’aquarium) le tout arrosé de sauce soy type un peu barbecue, et de mayonnaise… Bon appétit bien sûr !

Préparation de l'okonomiyaki par Shomon.

Préparation de l’okonomiyaki par Shomon.

C’est pas mauvais, mais c’est spécial… Alex à eu le droit au plus gros, et à eu quelques peu de mal à le finir. Nous discutons toute la soirée avec nos hôtes et finissons par nous coucher vers minuit.

Le vent commence à augmenter, et nous sommes côté mer, où l’on entend le plus. Les fenêtres sont verrouillées mais elle se mettent à vibrer par moments et tout ce qui était sur le balcon est rentré. On verra bien.
Je suis réveillé à quatre heures du matin par les rafales qui frappent les carreaux et la pluie est torrentielle. Alex dort comme une pierre. Je regarde par la fenêtre et le vent est si fort que la pluie tombe à l’horizontale. Je ne distingue plus la mer. Tout est flou dehors. Je reste éveillé une bonne heure et je finis quand même par me rendormir.

Nous nous réveillons vers dix heures et le vent souffle encore, mais il a l’air plus faible. La pluie tombe toujours. Le typhon est passé mais à l’approche des côtes il a faibli un peu, c’est cool. Nos hôtes quand à eux, n’avaient pas l’air stressés, il en voient passer une bonne dizaine chaque année. Shomon part vers dix heures et nous restons à l’appartement à glandouiller, nous sortons juste vers midi nous acheter une salade de pâtes au 7/11, et nous travaillons toute l’après-midi sur l’ordi.
Shomon rentre vers six heures. Pour le dîner, nous lui préparons des oeufs brouillés aux oignons et parmesan, accompagné de pommes de terres rissolées et tomates fraiches. Recette millénaire issue de mélanges indo-japonais….Non je déconne, recette avec ce que l’on a trouvé dans le frigo !

Nous dînons sans Wakaba qui rentrera vers 22h de son travail, mais à qui nous gardons une part. Shomon se fait cuire des nouilles sauce curry en plus, car ce soir il a très faim… Quand Wakaba rentre, nous discutons à table pendant qu’elle dîne, puis je sors la guitare de Shomon que je lui ai accordé, et nous essayons de jouer quelques trucs, sans grand succès.

P7170002
P7170003

La soirée passe doucement, devant Matrix que je regarde à moitié en me baladant sur le internet. Alex est partie lire à côté. Shomon et Wakaba s’endorment devant la télé, et nous allons tous nous coucher…

Demain, Shikoku nous attend…

 


4 Responses

  1. nadiouche dit :

    Salut les birds,
    Que de zénitude apportée par ces merveilleux instants dans ces fameux jardins japonais.
    Étonnant ce mélange de tours gigantesques mélangées à ces maisons bordées de rizières !
    Je suis à l’affût de vos « aventures  » car cela apporte certaines valeurs à notre quotidien ! citons le célèbre proverbe qui dit : papillon qui vole dans les airs…… LOL

    Bonjour à Shomon et Wakaba .

    A bientot

    • FreeAs2Birds dit :

      Merci Nadia de nous suivre avec tant d’enthousiasme. Nous essayons de faire partager au mieux nos sensations mais ça n’est pas toujours évident.
      Bisous à toi et à ta maman.

      Nous passons le bonjour aux Japonais ! lol

      A bientôt ! 😉

  2. Johan dit :

    Va falloir qu’ils m’expliquent comment ils font pour avoir des bambous dans les jardins sans se faire envahir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *