P6270517

Chine

Week-end pluvieux, mais heureux ! (Shanghai épisode 2)

17 Juil , 2015  

Auteur : Laurent /

 

 

Vendredi 26 Juin.

Levé 10 heures. Nos amis sont bien partis. Je me permets de me faire un petit déj au lit (superposé), Alex dort encore.
Je travaille un peu sur le blog. Alex se réveille et, jalouse de mon confort, décide de prendre aussi son petit déj au lit. 😉

Midi, une fois le check out fait, nous mettons nos affaires en lock room et après une pause déjeuner rapide, bossons toute l’après midi sur le blog.

17h30, nous partons enfin prendre le métro avec tout notre harnachement, en pleine rush hour, direction Kunshan, rejoindre l’ex collègue et homologue d’Alex de la filière chinoise de sa boite. Nous en profitons pour regarder les gens qui sont rivés sur leur portable. Neuf personnes sur dix dans le métro sont scotchés sur leur téléphone en permanence, et la dixième est souvent une personne âgée.
Ce qui est aussi très « appréciable » ici en Chine, c’est qu’il y a beaucoup de jeunes femmes où moins jeunes, qui portent de très jolies mini jupes, et/ou des robes en voilage, comme des robes de cocktail, sans que personne ne se retourne ou ne fasse de remarque, et sans être « catalogué » systématiquement. Ce qui n’existe probablement plus en France…Dommage

Une bonne heure de métro et nous arrivons enfin à destination. Nous sortons de la station, et on se demande comment les reconnaitre, on ne les a vu qu’une fois en photo ? Mais un couple attends à la sortie et sourient en avançant vers nous. Pour eux, pas trop dur de nous trouver, deux européens avec des gros sacs à dos !

Présentations faites, Sally et Enzo, leur prénoms d’emprunt anglophones. Nous prenons un taxi qui nous mène jusqu’à chez leurs amis, Sunny et Waast, et leur fils, « clock où avion », (je sais c’est bizarre), qui nous accueillent chez eux, avec un grand sourire, car Sally et Enzo ont un trop petit appartement.
Sunny et Waast habitent dans une cité aux innombrables batîments, comme toujours en Chine. Ceux là ne sont que de huit étages.

Et oui en Chine, lorsque l’on construit un ensemble de bâtiments d’habitations, ce sont des tours d’immeubles très fins, tout en hauteur, avec entre trente et quarante étages. Mais ce n’est pas trois ou quatre immeubles mais plutôt trente, quarante immeubles d’un coup ! Et oui, c’est proportionnel à la population !

Nos hôtes mettent à disposition une chambre rien que pour nous, et sont très prévenants à notre égard.
C’est vraiment très gentil de leur part.
De plus, ils étaient prêts à nous accueillir tout une semaine, alors que nous avions juste précisé un week end.

Le temps de déposer nos affaires et nous repartons tous ensemble au restaurant, sauf Sunny qui reste avec son fils.

Ils nous emmènent dans un restaurant près d’un centre commercial. Nous nous installons et leur laissons le choix de commander des plats typiques chinois. Ce sera tofu, légumes verts type blette, boeuf au piment, soupe de tomate oeuf, manchons de canard, tout un tas de plats, pour environ 10 personnes. Nous sommes rassasiés et ce qu’il reste est emporté en « doggy bag ».

Nous nous levons pour partir et je demande à Enzo, où faut il payer ? Et il me réponds que tout est payé et qu’en tant qu’invités nous ne payerons rien du week-end, c’est la tradition ici en Chine, pour les amis ! Nous les remercions un peu gênés quand même. Enzo nous présice que si nous étions resté deux mois, ça aurait été pareil ! Quelle générosité…

Nous retournons chez Waast et quittons Enzo et Sally qui retournent chez eux.
23h00 nous allons nous coucher.

Samedi matin, 9h00 Sally et Enzo arrivent à l’appartement. Nous partons en taxi dans une concession Ford, où ils doivent aller payer leur voiture neuve qu’ils ont commandé. Pour eux c’est vraiment nouveau. Ils sont en train de passer leurs permis, tous les deux. Jusque là, ils roulaient à scooter électrique, et leurs parents roulaient à scooter.

– A ce propos, en Chine, dans les rue il n’y a pratiquement « que » des vélos électriques, et des scooters électriques, pratiquement pas de motos et de scooter à essence. Il faut d’ailleurs faire très attention car ils sont tellement silencieux que l’on ne les entends pas arriver. En France où l’on se flatte d’avoir des vélos électriques à 2000 euros, ici, ils le sont tous où presque, et pour un prix défiant toute concurrence : 200 euros pour les vélos, et 500 euros pour les scooters en moyenne !
Et ça ne doit pas dater d’hier vu les vieux modèles que l’on a vu rouler.

P6270550

Nous arrivons donc chez Ford, où les vendeurs ne savent plus où donner de la tête, tellement les clients se pressent.
Après avoir vu le véhicule, une Ford Focus, leur ami Eric qui nous a rejoint, tente vainement de faire baisser le prix, en essayant de trouver des défauts à la voiture qui est strictement neuve…

Une fois la voiture payée, cash, nous repartons avec Eric à la ville de Suzhou, où nous allons d’abord découvrir son grand lac et son centre culturel ultra moderne, avec ses berges aménagées pour l’été, avec ses restaurants et magasins autour.

P6270503

P6270504

P6270511
Après un café prit au Starbuck, (c’est pas notre truc mais bon) il y en a partout en Chine, nous sommes parti visiter la vieille ville.

P6270508

Suzhou est l’une des plus anciennes villes du bassin du Chang jiang. Petites pagodes et canaux, et beaucoup de petites échoppes, connue notamment pour la soie. Nous nous arrêtons pour le déjeuner dans un petit resto en plein milieu du marché de la ville où les touristes sont rares. Nous goûtons la spécialité de la maison, le hamburger de porc, avec pommes de terre rissolés et tofu grillé. C’est très bon ! Et en sortant du resto, dans les allées du marché, nous testons la banane frite. Pas mauvais non plus !

P6270519

préparation des burgers chinois

 

P6270520

P6270523

Une petite banane frite ?

 

Vers 17h00, Eric, nous dépose à la gare routière d’où nous partons tous les quatre pour la petite ville de Zhouzhuang, la Venise de l’extrême orient, dans la province de Jiangsu. Village typique aux petites maisons en bois, entrecoupé de canaux.

P6270528

P6270533

P6270540

P6270545
Arrivés à destination, nous marchons à travers la ville une bonne demi heure, sous la pluie, qui s’est invité depuis la veille,  pour rejoindre le village et faisons une halte dans un restaurant, où nous mangerons sur un balcon. La ville est illuminée dans toutes les rues et à la nuit tombée, c’est vraiment sympa.

 

P6270552

P6270553

P6270557

P6270559

P6270560

P6270563

Nous rejoignons enfin le village, encore authentique, préservé, avec toutes ses habitations en bois, ses pavés au sol, ses canaux partout dans le village, et ses petits ponts en pierres. Tout est fait pour que cela reste joli, et même les commerces restent sobres, et beaucoup d’artisans proposent de vrais souvenirs « faits mains ». Il y a aussi tout ce qu’il faut pour manger et dormir.

P6270565

P6270568

Nous faisons une balade sous la pluie battante, mais vers 22h00, trempés de la tête au pied, nous nous résignons à rentrer à l’hôtel que nous ont réservé Sally et Enzo. Une fois de plus, ils nous invitent à l’hôtel, comme au restaurant, sans que nous puissions payer quoi que ce soit ! Magnifique petit hôtel, tout en bois, avec de petites chambres joliment décorées. Rendez vous est prit demain matin, 8h00, pour la visite du village, de jour !

P6270569

Dimanche matin. 8h00 dans le hall de l’hôtel. La pluie est toujours de la partie. Malheureusement, c’est une région très pluvieuse ici. Dommage. Sally et Enzo nous emmènent petit déjeuner dans un petit resto local. Ils commandent une soupe aux algues, du tofu en sauce, des baos (genre de petit pain fourré à la viande). C’est super gentil, mais pour nous c’est un peu difficile d’avaler ça au petit déjeuner si tôt ; habitués au café pain beurre et confiture !

P6280579

P6280580

Un peu dur pour nous le matin au réveil !

Nous continuons tout de même notre découverte du village sous une pluie incessante. Nous visitons l’ancienne maison d’un riche commerçant, contenant plus de 30 pièces, puis un superbe temple.

P6280582

P6280584

Au bout de 3 essais, j’ai réussi à mettre la pièce. Ma vie sera faite de richesse et de prospérité !

P6280592

Les carpes sont venues en nombre !

P6280589

P6280593

Ensuite nos amis nous emmènent faire un petit tour en bateau sur les canaux qui serpentent dans le village, avec en musique de fond, le chant du gondolier, dans le calme du petit matin pluvieux…

P6280596

P6280598

Notre « gondolier ».

Après le bateau, un petit café en guise de réconfort, et vers Midi, nous retournons à l’hôtel pour le check out.
Nous quittons le village pour retourner prendre le bus à la gare routière, sous une pluie diluvienne, et les deux kilomètres semblent interminables pour Alex qui glisse dans ses tongs, et moi qui patauge dans mes vans.

Nous arrivons enfin à la gare routière. Je vais aux toilettes rapidement, je dis bonjour aux trois c…  que je croise en entrant dans les toilettes, (voir l’article sur les toilettes dans les gares routières) et repars au plus vite. Enzo me fais signe au loin, le car part dans deux minutes. Nous sautons à l’intérieur, et nous laissons porter jusqu’à Kunshan.

Nous prenons un taxi qui nous dépose près d’un centre commercial, où Sally et Enzo nous propose pour le déjeuner, un restaurant « international ». Alex prend un plat coréen, et moi je tente un bifteck. La viande n’a pas du tout le goût d’un bifteck de chez nous, c’est bizarre, mais bon, j’ai essayé.

Nous faisons un passage au supermarché, pour quelques courses, et là, le niveau sonore est incroyable. On ne peut à peine s’entendre tellement les gens sont bruyants. Sinon à part ça, tout est semblable à chez nous, en moins cher, mis à part les pêches à 20 euros le kilo !

Nous retournons à pied tout les quatre chez Waast et Sunny, soit encore deux ou trois kilomètres, et toujours sous la pluie.
Ce soir c’est Sunny qui cuisine et pendant que nous discutons autour de la table, elle s’affaire à préparer le repas.
Porc au caramel, purée d’aubergines, etc. Des plats succulents, qui nous changent des resto chinois chez nous !

P6280601

Sunny qui nous accueille et nous prépare un festin

P6280604

Tous nos hôtes chinois !

Nous passons ainsi la soirée à parler de nos différentes cultures, mais surtout à tester leurs connaissances en matière de musique française. Et c’est encore : « Hélène, je m’appelle Hélène »… qui sera à l’honneur.
Alex leur fait écouter une où deux de mes chansons, qui seront qualifiées de « professionnelles » !

Nous enregistrons leurs petits commentaires en vidéos, et nous les remercions tous vivement pour leur gentillesse et leur sympathie durant ce week end. Ils réitèrent leur plaisir de nous avoir reçu, puis Sally et Enzo nous quittent pour rentrer chez eux.
Nous prenons une douche et nous disons au revoir à Sunny qui se lève très tôt et que nous reverrons pas.
22h30, we go to bed.

Lundi matin, nous nous réveillons vers 9h00, et nous prenons un petit déj en attendant Waast.
Il ne travaille pas aujourd’hui, et est allé emmener son fils « avion » (ne me demandez pas pourquoi !) à l’école.
A son retour nous partons en voiture à la station de métro la plus proche, soit 15 kms ! C’est vraiment sympa de sa part.
On se dit au revoir, nous le remercions encore, et c’est parti pour une heure de métro.

Nous arrivons au « blue mountain hostel » et retrouvons le staff à l’accueil qui nous reconnait et la même chambre, 607, et même mon lit. (bon, on s’en fout!)
Nous filons acheter un adaptateur électrique spécial Japon, dans un mall de produits électroniques, puis nous revenons bosser toute la journée sur le Blog. Et oui c’est du boulot pour vous raconter nos aventures !!

En fin de journée, nous sortons enfin faire un tour sur Nanjing road, le quartier moderne à 5 minutes de l’hostel, pour y déguster une délicieuse brochette Japan style (faut le faire !), et un flan vanille tout aussi succulent. C’est l’occasion pour un  couple de chinois de nous prendre en photo pendant que nous mangeons notre brochette, et ça a l’air de les faire rigoler.

En Chine, il n’est pas rare de se faire dévisager dans le métro, dans la rue, de se faire prendre en photo, et de voir même les enfants « bloquer » sur nous. Apparemment, c’est notre tête d’européen qui fait ça !
Mais j’avoue que, ce qui nous a fait drôle la première fois que l’on a prit le métro en Chine,… c’est qu’il n’y avait « que » des chinois…

On se balade ensuite dans la rue piétonne qui fait trente mètres de large, où les vendeurs de rue sont légion. Ils vendent des roulettes pour mettre sous les chaussures, des pigeons en plastique volants, des perches spéciales « selfie » pour smatphone, (ça va surement arriver en France à 15 euros tandis qu’ici elles sont à moins de 3) et tout un tas de trucs inutiles.

Nous croisons un groupe « d’anciens » qui dansent en pleine rue, et nous regardons avec stupéfaction tous ces bâtiments, et magasins modernes pleins de lumières multicolores qui préfigurent les grandes villes de la Chine de demain voire déjà d’aujourd’hui…

Anecdote sur le bruit en Chine :
Le bruit est omniprésent en Chine. Que ce soit dans le métro où des « aboyeurs » annoncent devant les quais avec des micros et haut-parleurs à la ceinture, tout un tas de trucs en hurlant ; Des mégaphones aux portes des magasins qui annoncent, en boucle, des promotions ; Les guides touristiques dans la rue, qui eux aussi ont des micros qui saturent, où bien les gens eux même, peu importe l’heure et l’endroit, qui braillent tout le temps, sans se soucier des gens à côté d’eux. Sans compter bien sur, le raclement du fond de gorge avant l’expulsion d’un crachat ! Mais cela fait partie de leur culture et nous nous y sommes habitué.

Nous aurons passés en tout quinze jours dans cette Chine fourmillante, qui change à une vitesse vertigineuse, tout en gardant ses traditions millénaires, en asseyant de sentir au plus près tous les aspects de ce si grand pays, et ses habitants et par l’intermédiaire de nos hôtes. Nous avons apprécié ce rapide passage dans ce pays, qui recèle de nombreuses merveilles, mais qui nécessiterait beaucoup plus de temps pour le découvrir en entier. Notamment les zones plus reculées car nous n’avons malheureusement vu que les deux plus grosses mégalopoles.

Même si nous avons apprécié notre séjour ici, nous quittons ce pays par la mer de Chine, avec l’impatience et l’excitation de découvrir un nouveau pays et une culture qui nous semble si mystérieuse.


11 Responses

  1. Mamounette dit :

    Bonjour ou bonsoir les Oiseaux,
    Quelle fou rire, j’ai eu, quand tu as dit bonjour aux 3 c… il ne manquait plus que la photo (dommage censure).
    Avez-vous vu des nids d’hirondelles ou en avez-vous parlé avec vos hôtes ?
    Vos amis ont vraiment l’air sympathiques, les aux revoirs doivent être assez émouvants. Certainement des moments très forts que vous vivez à chaque départ !
    Nous pensons bien à vous.
    Gros, gros bisous

    • FreeAs2Birds dit :

      Désolé je n’ai pas pu prendre de photos…
      Pour les nids d’hirondelle, c’est à manger ou juste ceux que l’on peut voir ?
      C’est vrai que parfois les adieux ou au revoir sont un peu émouvants, mais ça fait parti du jeu.
      A plus
      Bisous
      Alex & Lolo

  2. Mamounette dit :

    Correctif : quel fou rire…

  3. Hélène dit :

    Coucou les Birds,
    Le porc au caramel avec la purée d’aubergines, ça doit être très bon ! ça m’a donnée faim ..
    Je suis étonnée que la chanson « Hélène et les garçons » soit autant populaire en Chine, d’autant que ça date des années 90 !
    C’est vrai que vos hôtes ont l’air vraiment très sympathiques et très accueillants !
    J’imagine tout le temps que vous devez passer à écrire sur votre blog ..c’est pratiquement un mi-temps !! j’aime aussi toutes vos petites vidéos.
    A bientôt et merci encore !
    Hélène (sans les garçons)

    • FreeAs2Birds dit :

      Merci Hélène, oui effectivement c’était très bon. Et c’est vrai que le blog prend pas mal de temps : L’écriture, les corrections, le choix et le traitement des photos et des vidéos, mais bon ça nous fait plaisir de vous donner un récit de nos « aventures ».
      Quand à la chanson Hélène, nous n’avons pas eu d’explication, quand à cette célébrité en Chine.
      A bientôt
      Bises
      Alex & Lolo

  4. Bodergat dit :

    J’ai adoré les aventures des amoureux en chiné !
    Photos et vidéos au Top. !!
    Un grand coucou toujours aussi caniculaire !
    Gros bisous

  5. Philippe dit :

    Salut les Birds,
    Bravo encore pour ce reportage qui nous met l’eau à la bouche, tant le descriptif des repas est omni-présent.
    Continuez à nous subjuguer par les textes et les photos qui nous montrent vraiment le quotidien des gens. Je suis ravi !
    Comment fait Laurent pour se rappeller de tous ces détails ?

    Bisous à vous deux.
    Philippe

    PS: j’ai de la Pub sur les vidéos sur le PC ! Le saviez-vous ? (pas sur la tablette de Chantal)

    • FreeAs2Birds dit :

      Coucou, le truc pour se rappeler c’est de prendre des notes de temps en temps, surtout des détails que l’on peut oublier.
      A deux cerveaux plus les photos et les vidéos on y arrive.
      Pour la pub, c’est normal nous avons monétisé les vidéos, au cas où les vidéos feraient un tabac, on deviendrait riches, LOL !
      A bientôt
      bisous
      Alex & Lolo

  6. Chantal dit :

    Aujourd’hui dimanche Ns sommes affalés des le canapé et nous voyageons avec bous. Merci pour ce beau reportage profiter bien attendons la suite bisous a vous deux Chantal Stephane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *